séminaire d'agroécologie

"Le capital naturel des sols: un outil d’évaluation du potentiel écologique des écosystèmes forestiers tropicaux en Guyane" - Jean-Christophe Roggy - mercredi 29 juin 2010 à 10h30, salle de conférences, INRA

 

 

 

 

 

L’impact de l’anthropisation croissante sur les écosystèmes pose des problèmes récurrents pour nos sociétés. La forte progression démographique et le développement industriel et économique mènent en effet à une exploitation intense et non soutenable des ressources naturelles. Des volontés politiques fortes sont donc aujourd’hui indispensables pour donner au nécessaire développement économique un cadre de gestion durable sur le plan environnemental. Aussi, les décisions politiques dans ce domaine seront d’autant plus rapides et pertinentes que les scientifiques seront capables d’apporter des compréhensions mécanistes de la manière dont les « earth’s life-support systems » réagissent aux modifications anthropiques.

La nature des dommages causés aux écosystèmes naturels est rendue aujourd’hui beaucoup plus facile à expliciter en utilisant le concept des «services rendus par les écosystèmes » et de l’altération que ces services subissent suite à des perturbations. Ces services reposent sur un nombre plus limité de fonctions écosystémiques qui assurent leur maintien.

Faut-il évaluer les écosystèmes en fonction des services qu’ils rendent à un moment donné ou plutôt en fonction de leur « potentiel écologique » (i.e. leur capacité à assurer l’ensemble de leurs services) estimé à partir de l’analyse des fonctions de support? De récents travaux démontrent la pertinence d’une évaluation des fonctions de support plutôt que les services écosystémiques eux-mêmes. En effet, elles sont plus intégratives et un nombre limité de fonctions peut traduire l'extrême complexité des processus et structures des systèmes. L’enjeu repose donc sur l’identification des paramètres les plus intégratifs possibles (fonction de support clefs) permettant de rendre compte :
- de la capacité de l’écosystème naturel à assurer l’ensemble de ses services
- du niveau d’altération de cette capacité dans les systèmes perturbés

L’ensemble du travail présenté ici repose sur le principe que l’évaluation de l’ensemble des services rendus par un écosystème naturel donné peut être appréhendée par une évaluation des fonctions de support nécessaires à leur maintien. Parmi ces fonctions de support, celles liées aux cycles biogéochimiques du C et du N dans les sols peuvent être considérées comme des fonctions clefs. La mesure de ces fonctions utilisées comme bio indicateurs du capital naturel des sols dans les écosystèmes de référence donne une image de leur potentiel écologique dont l’altération peut être alors évaluée dans des systèmes perturbés (différents changements d’usage des terres).

Jean Christophe ROGGY
Equipe Ecologie des communautés,
UMR AgroParisTech/CIRAD/CNRS/INRA/
Université Antilles Guyane «Ecologie des Forêts de Guyane»
Campus agronomique de Kourou. BP 709. 97387 Kourou.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.