séminaire du pole évolution du vivant

"Un nouvel outil pour l’étude de la biodiversité et de l’évolution des mollusques (Gastropoda, Bivalvia) cénozoïques : les motifs colorés des coquilles" - Bruno Caze - vendredi 26 novembre 2010 à 11h, bât. Gabriel, amphi Monge

 

 

 

 

Les motifs colorés des coquilles de gastéropodes et bivalves actuels (Mollusca) sont souvent utilisés pour l’identification des espèces. Chez les fossiles, l’enregistrement de ces motifs était jusqu’alors considéré comme un phénomène rare. Mais dans le cadre d’une étude récente, l’exposition sous lumière UV de 444 espèces de gastéropodes et bivalves du Cénozoïque d’Europe (14 étages, 8 pays, 14000 spécimens testés) a montré que les motifs colorés fossiles étaient en fait très fréquemment révélés sur les coquilles de cette période (341 espèces positives). Leur présence au sein de tous les grands clades de gastéropodes testés (61 familles) a permis de mener une réflexion sur les mécanismes à l’origine de leur formation et de mettre en exergue la nécessité d’établir une nouvelle approche descriptive pour l’étude des coquilles de mollusques. Par ailleurs, l’étude des variations intraspécifiques, chez la famille des Seraphsidae, et interspécifiques, chez la famille des Ampullinidae, a indiqué que les motifs colorés pouvaient revêtir un signal biologique et évolutif.

Ces résultats inédits ouvrent de nombreuses perspectives de recherche encore inexplorées parmi lesquelles : i) la quantification des motifs colorés, à l’aide des techniques de morphométrie, pour accéder de manière formelle aux variations et à la disparité de ce nouveau corpus de caractères, ou ii) l’étude des propriétés de réflectance et de luminescence des pigments actuels et des résidus fossiles, voire la détermination de leur nature chimique, à l’aide d’analyses spectroscopiques.